OSLJ > FR
05.12.2015 | Catégorie : FR
Auteur : Grand Secrétaire

Installation du 50° Grand Maître de l'Ordre à Jérusalem


Au Moyen-Âge, les onze premiers maîtres des chevaliers hospitaliers portant la croix verte de Saint-Lazare ont dirigé l'Ordre depuis Jérusalem.

 

Le 50° Grand Maître nouvellement élu a renoué avec cette tradition en étant solennellement installé, comme ses premiers prédécesseurs, à Jérusalem, rétabli  depuis trois ans comme siège magistral de l'Ordre. Pour assister à cet événement historique, chevaliers, dames et invités de nombreux pays ont traversé la Méditerranée en pèlerinage en Terre Sainte aux côtés leur prince.

Le premier «maître de l'Hôpital de Jérusalem», de 1099 à 1120, fut le Bienheureux Gérard,   considéré comme le fondateur de divers ordres de chevaliers hospitaliers encore existants 

 

Le jour de sa fête, le 13 Octobre 2015, son dernier successeur en tant que Grand Maître de l'Ordre Militaire et Hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem, le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme, fut personnellement invité à la fois aux patriarcats latin et grecs pour prier. Il y reçut la bénédiction patriarcale et furent aussi bénis les emblèmes de sa fonction. Ce privilège exceptionnel est dû au fait que l'Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem est unique, admettant dans ses rangs, en tant que membres les chrétiens tant de l'Orient (orthodoxe) que de l’Occident (catholiques et protestants) "les deux poumons de l'Eglise ".

 

Les pèlerins se réunirent en l’abbaye de la Dormition à l'extérieur des murs de la vieille ville sur le mont Sion pour une messe en allemand en la communauté bénédictine, ensuite, tous descendirent dans la crypte circulaire de l'abbaye au centre de laquelle figure un gisant de la Vierge Mère de Dieu dans son repos final. Le Père Abbé présida à la lueur des chandelles à une veillée de prière qui est la préparation spirituelle traditionnelle pour ceux qui vont être admis ou assumer de nouvelles responsabilités dans l'Ordre. 

 

Parmi les participants figuraient vingt candidats à l'investiture venus de Serbie, France, Grande-Bretagne, Suède et de Terre Sainte, qui devaient être reçus par le Grand Maître le lendemain. La célèbre soprano serbe Gabrijela Ubavić  illustra cette cérémonie d’un chant orthodoxe traditionnel et de  l’ «Ave Maria» de Schubert.

 

Contrairement à la veillée de prière et de réflexion, l'installation et l'investiture du lendemain était un service qui était à la fois solennel et joyeux. Elle se tint dans la grande église la plus proche du site de la communauté Lazariste  d'origine, où les moines arméniens ont à l’origine accueilli les chevaliers lépreux il y a plus de neuf siècles. L'église appartient aux Filles de la Charité communauté fondée par  Saint Vincent de Paul, un prêtre français qui a développé ses activités de bienfaisance au XVIIe siècle sur le site d'une autre communauté Lazariste dans le quartier de Paris qui porte encore le nom de Saint Lazare. Il est juste que les chevaliers et les sœurs qui sont leurs descendants spirituels perpétuent de nos jours leurs œuvres de charité au profit des pauvres et des malades.

 

Après les lectures des Écritures, les annonces formelles appropriés ont été proclamées et SAR le Prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme fut ensuite solennellement installé en tant que cinquantième Grand Maître sous l'ancien titre de magister humilis domus Sancti Lazari in Jerusalem. 

 

Les 200 membres et invités présents pour la cérémonie composaient un tableau œcuméniques étonnant, y figuraient des évêques et des religieux arméniens, melkites, coptes, russes, éthiopiens, catholiques romains et plusieurs représentants des Eglises protestantes  et orthodoxes, le président de l’Institut œcuménique Tantur ainsi que le bibliothécaire dominicain de l'Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem  

 

Outre des diplomates de différents pays, étaient aussi présents un certain nombre d'amis musulmans et juifs de l'Ordre. La participation des scouts chrétiens locaux et d’une chorale polonaise accompagnant le service fut fort  appréciée.

Au cours de leur pèlerinage, le Grand Maître et les membres de l'Ordre visitèrent un certain nombre de lieux saints et  musées de Jérusalem et ont également profité de chaque occasion pour apporter leur soutien aux «  pierres vivantes» : les diverses communautés chrétiennes du pays qui ont à faire face à de nombreuses difficultés. Des témoignages émouvants ont été reçus du maire de Bethléem, des sœurs orthodoxes russes qui dirigent une école de filles à Béthanie, et des moines de Mar Saba, dont la communauté en plein désert  eut une profonde influence sur l’orthodoxie orientale et byzantine depuis le Ve siècle. Une réception particulièrement chaleureuse nous fut réservée par les paroissiens de Beit Jala, où le Grand Maître pria au sanctuaire de Saint-Nicolas qui y vécut plusieurs années  

 

Bien que les pèlerins fussent en toutes circonstances en sûreté et bien accueillis ils ont pu ressentir de fréquents signes de tensions en Terre Sainte. Des prières pour la paix et la justice, en particulier au moment où le monde commémore des événements qui eurent lieu il y a deux mille ans, sont une contribution que chacun de nous se doit d’apporter afin qu’un avenir plus paisible soit réservé à ceux qui vivent aujourd'hui sur une terre qui est sainte pour tous ceux qui croient en un seul Dieu.

 

Il est évident qu’en Terre Sainte, historiquement empreinte au nom du Seigneur du sang des chevaliers de Saint-Lazare ainsi que de beaucoup d'autres, la croix verte de l'Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem est aujourd'hui plus respectée pour son engagement dans des œuvres de bienfaisance faisant fi des frontières religieuses que dans d’autres endroits, où les ordres de chevalerie sont considérées comme un anachronisme.

 

Le Prince Sixte-Henri lance donc un appel à ceux qui croient en les nobles valeurs traditionnelles du christianisme à se détourner de motivations égoïstes et au contraire à se consacrer à  la guérison du corps et de l'esprit de ceux qui en ont besoin. 

 

Conscient que les différends entre chevaliers ont contribué à la discorde, il invite tous ceux qui suivent l'emblème de la croix verte à lutter pour l'unité dans la foi et les œuvres charitables, en collaborant ensemble pour le bien de notre Eglise Mère de Jérusalem.